Différence entre l'enfant précoce intellectuellement et l'enfant surdoué ?


Aucune, dans l’usage courant, mais si l’on veut s’interroger sur le sens précis que ces deux concepts recouvrent, il y a quelques nuances à noter :

La « précocité intellectuelle » :

Ce concept découle directement d’une théorie développementale selon laquelle il y aurait des stades d’évolution physiologiques, comportementaux, psychologiques etc repérables à certaines périodes de la vie, en fonction donc de l’âge.

Le test du Q.I. se fonde sur cette théorie puisqu’il est étalonné par classes d’âge. On parlera de précocité intellectuelle si le potentiel est précoce « hyper-développé » ou « en avance » dans son développement, par rapport à la classe d’âge à laquelle appartient l’enfant testé.

Par exemple, si les notes obtenues au WISC se situent entre 100 et 129, le potentiel intellectuel de l’enfant sera conforme à la Norme établie par le test et à sa classe d’âge. A partir de 130, nous dirons que le potentiel est très supérieur à la classe d’âge considérée, donc précoce :

* Rappelons cependant, que le test n’est pas suffisant à lui seul pour déterminer s’il y a ou non précocité intellectuelle notamment, lorsque les résultats à ce test se situent entre 100 et 129 : dans tous les cas, le test doit être interprété par le psychologue qui a fait passer le test. (cf. « le test du Q.I est-il un instrument fiable ? »)

 

« Surdoué » :

Don pour apprendre, facilités dans les apprentissages scolaires (mémoire, compréhension, concentration très performantes). Pour les autres compétences (artistiques ou autres) on dit plus couramment « doué pour la musique par exemple ». L’expression courante « surdoué » concerne plus particulièrement les apprentissages scolaires.

Si l’on est arrivé à préférer le concept de « précocité intellectuelle » à celui de « surdoué », c’est que « la précocité intellectuelle » conçoit l’intelligence au-delà des apprentissages de référence que sont les apprentissages scolaires.

En effet, on a souvent assimilé surdoué et intelligence en superposant l’intelligence à la réussite scolaire, (doué pour apprendre à l’école = intelligence). Ce qui se contredit parfois dans les faits et que l’on peut aussi rencontrer dans le test du Q.I.(résultats en.- dessous de 130)

Un enfant intellectuellement précoce reconnu à la suite d’une évaluation, n’est pas systématiquement en réussite scolaire, ni un élève brillant. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’est pas doué pour apprendre à l’école, ou ailleurs  : l’apprentissage scolaire n’est pas le seul domaine où l’intelligence peut exercer ses talents pour apprendre. L’apprentissage scolaire est d’ailleurs pour ces enfants, le plus simple et donc souvent le moins stimulant pour leur mode de pensée.

POUR EN SAVOIR +

Contactez la Psychologue Martine CLEMENTEL

PARIS 8° : 01 45 61 09 57

MONTPELLIER : 04 67 72 99 98

La psychologue Martine CLEMENTEL

RETOUR à L'ACCUEIL